Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/123456789/50
Titre: Medulloblastome chez l'enfant: expérience de l'Institut National d'Oncologie (A propos de 37 cas et revue de littérature)
Auteur(s): 
NACHITE, Fatime
Hessissen, L.
Mots-clés: medulloblastome
enfant
radiothérapie
chimiothérapie
sequelles
Date de publication: 21-Jan-2013
Collection/Numéro: M0332013
Résumé: Notre étude est une analyse rétrospective de 37 cas de médulloblastome, suivie à l’Institut national d'oncologie (INO) Sidi Mohammed Ben Abdellah, sur une période de 08 ans, comprise entre Janvier 2003 et Décembre 2010. Le médulloblastome survient plus fréquemment chez l’enfant entre 5 et 10 ans avec une fréquence de 59,4% et dont 57 % sont de sexe masculin. La clinique est dominée par l’hypertension intracrânienne survenue chez 97,3% des malades, associée à un syndrome cérébelleux noté chez 65% des cas. La localisation la plus fréquente siège au niveau du vermis avec 60 % des cas, suivie des hémisphères cérébelleux 25,7 % et du quatrième ventricule 14,3%. L’exérèse chirurgicale était complète dans 59,5%, partielle dans 24,3% et subtotale dans 16,2% des cas. Les complications infectieuses restent les plus fréquentes et les plus redoutables des suites postopératoires avec 32,5 % des cas et une mortalité post opératoire nulle. Tous les patients de notre série ont été adressés pour une radiothérapie adjuvante avec un délai moyen entre la chirurgie et la radiothérapie de 79 jours et 08 patients ont bénéficié d’une chimiothérapie associée la radiothérapie. Concernant les séquelles à long terme, la morbidité a atteint 40,5 %, le syndrome cérébelleux est la séquelle la plus fréquemment retrouvée soit dans 26,5% des cas suivi du retard intellectuel qui n’est retrouvé que dans 8,8 % des cas, et des séquelles sensorielles à type de diminution de l’acuité visuelle dans 5,8% des cas et de surdité bilatérale dans 2,9% des cas. Le recul moyen dans notre série était de 4 ans, avec un taux de survie de 86% sur 2 ans. Malgré l’amélioration de la prise en charge, le pronostic reste mauvais dans notre pays car le délai moyen d’évolution avant le diagnostic demeure relativement long (3 mois)
URI/URL: http://ao.um5s.ac.ma/xmlui/handle/123456789/50
Appears in Collections:Thèses de médecine

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
THESE.pdf9,66 MBAdobe PDFView/Open
Autorisation-de-diffusion-M0332013.pdf72,54 kBAdobe PDFView/Open


Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.